Geoffrey Williams : I Don’t Want To Talk About It (Todd Terry)

Geoffrey Williams : I Don’t Want To Talk About It
12″ UK
1995 – Hands On Records

Buy it ! link
 

Geoffrey Williams : I Don't Want To Talk About It (Todd Terry)

Todd Terry est l’un des plus anciens DJ’s House encore en circuit avec Frankie Knuckles et Tony Humphries.

Bien que beaucoup de mes amis s’extasiaient souvent sur ses remixes dans les années 90, je n’ai que quelques disques de lui dans ma collection.
Moi qui aimait les morceaux mélodieux et riches de multiples instruments, le style de Terry m’a toujours paru assez minimaliste et c’est encore son époque ‘Royal House’ que je préfère le plus.

Certains me diront sans doute que c’est justement la simplicité de ses mixes qui les rendaient particulièrement efficaces en club, mais je trouve qu’ils leur manquaient un soupçon de mélodie et un brin d’innovation pour atteindre la qualité de ce que faisaient par exemple les Masters At Work ou Danny Tenaglia à la même époque (comprenez la période 92-96).

Certes il y eut quelques exceptions comme notamment son célèbre 12″ Keep On Jumpin’ sorti en 1996 et interprété par le duo Jocelyn Brown & Martha Wash, ou encore ce remix de Geoffrey Williams que je vous présente aujourd’hui.

Après une carrière entamée à la fin des années 80’s, oscillant entre pop et soul, Geoffrey fit un retour remarqué en 1995 avec le producteur Chuck Norman.
Signé sur le label anglais Hands On Records, G. Williams sortit quelques bon titres dont les meilleurs remixes furent réalisés par des DJ’s plutôt underground comme Marc Kinchen, Armand Van Helden ou encore Todd Terry.

Ce dernier s’attaqua donc au titre I Don’t Want To Talk About It, nous proposant deux versions assez bonnes, je dois dire.
Le Tee’s Sound Factory Mix⭐⭐ serait presque une ballade soul sans la rythmique House appuyée de Terry, qui prend le dessus sur une instrumentation piano-synthé plus soignée qu’à l’accoutumée.

Le Tee’s ill House Mix reste dans la même veine, nous offrant de plus, une basse acid house vers le milieu du morceau. Un excellent dub vocal qui devait assurément cartonner en club outre-atlantique.

Un remix bien ficelé et qui mettra tout le monde d’accord sur les mérites de l’homme qui introduit Louie Vega à Kenny Dope Gonzalez, devant plus tard abandonner (sans amertume je vous rassure) le pseudo de Masters At Work utilisé à deux reprise en 1987 pour ses propres productions.
Les trois hommes resteront de grands amis et travailleront même ensemble sur plusieurs projets par la suite.

Sans rancune ! Cool

My selection:
The contents of this blog are for promotional use only and are not intended to replace purchasing music by the artists for your music collection.
You as a listener, play a crucial role in the survival of any style of music, so don’t forget that artists and labels need your support in the form of purchases.
Tracks ended with [R] are some audio snippets only.


Support Artists & Music:
https://www.facebook.com/todd.terry.169

VN:F [1.9.22_1171]
Your feedback is important !
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.