Satoshi Tomiie feat. Arnold Jarvis : And I Loved You (UK+US Mixes)

Satoshi Tomiie

C’est vers l’âge de 12 ans que Satoshi Tomiie, jeune kid de la banlieue de Tokyo, découvre le jazz moderne avec des artistes comme Miles Davis et Herbie Hancock.
L’utilisation de machines électroniques dans leurs productions respectives lui fait prendre conscience des nouvelles possibilités créatives que représentent alors les synthétiseurs et les boîtes à rythmes de l’époque. C’est une révélation.

Conscient qu’il ne sera jamais un grand pianiste de jazz (son pays étant déjà saturé de talents) il s’oriente vers des styles émergents comme le Hip Hop et la House…
En 1983, un de ses amis lui fait découvrir le scratching… il est fasciné et veut alors devenir DJ. Ses parents lui offrent une platine Technics et il emprunte le reste du matos à des potes de soirées… Synthé Yamaha, mixer, beat box Roland TR808… il se lance dans la composition de quelques morceaux pour le fun et joue du Hip Hop à l’occasion.

Un peu plus tard, il découvre la House et son beat 4/4, qu’il considère au départ comme de la musique commerciale. C’est seulement après avoir entendu ce son House joué en club sur un « gros » sound system qu’il finit par se convaincre de l’intérêt du genre et décide d’en devenir un acteur passionné.

Nous sommes à la fin des années 80, Satoshi a tout juste 20 ans et il est invité à composer un jingle radio à l’occasion d’une tournée de 5 dates de Frankie Knuckles au Japon. Un de ses potes travaille en effet pour la société qui organise l’événement. Tomiie enregistre une cassette demo avec deux tracks, un morceau techno (genre Detroit) et un autre instrumental plus orienté House.
Ce jingle est joué chaque fois avant le set de Frankie et tape vite dans l’oreille du DJ américain. Frankie lui propose alors d’enregistrer une version vocale de son instru…

Et c’est comme cela que quelques mois plus tard, Satoshi se retrouve à New York en studio avec Frankie Knuckles et Robert Owens pour la session de Tears, le hit mondial que l’on connait.
Tomiie parle très peu l’anglais à cette époque et fera maintes fois l’aller-retour en avion avec le Japon, avant de s’installer définitivement à New York en 1990.

Il intégra par la suite la bande de DEF Mix Productions et collabora essentiellement avec Frankie Knuckles sur bon nombre de ses remixes. Il travailla aussi en solo sur quelques projets avant de sortir son premier album Full Lick en 1999.

Quand Frankie, affaibli par ses problèmes de santé, commença à moins tourner en club, il partagea les platines avec Hector Romero et ils fondèrent ensemble le label Saw Recordings. Satoshi a également accompagné en concert le célèbre compositeur japonais Ryuichi Sakamoto… Respect !
 
 
 

Satoshi Tomiie feat. Arnold Jarvis : And I Loved You
12″ US/12″ UK PROMO
1990 – FFRR

 

Sorti en 1990, And I Loved You est souvent considéré comme un ersatz de Tears… ou une Part.2 🙂
Même ambiance sombre et mélancolique, timbre de voix similaire, qualité des arrangements… C’est de fait la même équipe de remixeurs et d’ingénieurs du son qui travailla sur les deux titres.
Après la formidable prestation de Robert Owens sur Tears, Knuckles et  Tomiie décide cette-fois ci de faire appel à un jeune chanteur, originaire de Baltimore, qui avait fait un tube quelques années auparavant avec Tommy Musto et Yvonne Turner sur Fourth Floor Records, Arnold Jarvis.
La voix plaintive d’Arnold convient parfaitement au titre langoureux composé par Satoshi. On y retrouve une émotion qui vous fait vivre la chanson, en vous identifiant au chanteur. Peu de titres House, vous procure ce sentiment, ce frisson.

(UK Mixes)

Je commence volontairement ma revue avec le Classic Club Mix⭐⭐⭐ car c’est la version la plus connue et celle mise en avant sur le promo européen de FFRR que j’avais déniché à l’époque dans une foire au disque.

Cette version est aussi celle utilisée par Dimitri (From Paris) pour le générique de son émission radiophonique Megamix sur la station radio NRJ dans les années 90.
Cette longue intro marquée par une basse et un triangle à contretemps omniprésents se prêtait en effet fort bien à l’annonce des principales nouveautés House que Dimitri nous dégottait chaque semaine… avec le concours de Champs-Disques et de Karamel.

On notera les deux pistes de grand piano qui se complètent, la profusion d’instruments subtilement dosés et bien sûr le joli solo de vibraphone sur la fin du morceau.
Le Classic Dub introduit un effet delay sur la partie vocale, comme en écho à la rythmique saccadée de la version originale et le riff de guitare. Intéressant mais vite lassant je trouve.

A ne pas manquer, le Classic Radio Mix⭐⭐ contient une petite digression au piano vers le milieu du morceau, absente du mix principal.

Mais le petit bijou de cette édition (absent d’ailleurs du pressage US) est sans nul doute la version baptisée And I Dreamed You⭐⭐⭐ superbe instrumental de presque 6 minutes, qui met en avant les qualités de pianiste et d’arrangeur de notre ami japonais. Celle-là aussi aurait pu servir de jingle pour Dimitri.

Le macaron de mon promo présente également (à moitié effacé) le titre ‘And I Loved You’ inscrit en phonèmes, bien que les japonais n’utilisent pas d’alphabet à proprement dit pour communiquer, mais plutôt un système d’idéogrammes, les kanjis.

(US Mixes)

Autre promo indispensable, la version américaine contient trois mixes malheureusement zappés en Europe 🙁

Un vocal de David Morales avec son dub, ainsi qu’un surprenant Bonus Beat…

Le 12″ Red Zone Mix⭐⭐⭐ garde l’atmosphère Deep House, voluptueuse et mélodieuse de l’original, avec de nouveaux synthés par Eric Kupper ainsi qu’une partie drums retravaillée.
Dépassant les 8 minutes, ce nouveau vocal introduit en outre des chœurs féminins ainsi qu’une jolie flûte traversière (probablement par Paul Shapiro) qui ajoutent de la douceur au refrain. Morales et Kupper n’étant pas avares de petits hooks et d’effets supplémentaires, on se régale.

Autre pièce de choix, le Bonus Beat⭐⭐⭐ dont le nom trompeur ne convient vraiment pas à ce magnifique dub vocal, digne des plus grandes productions de Morales. Cette version insiste sur la partie fretted reconstruite avec une grosse synth bass… bien fat, bien deep.

Fantastique, absolument fantastique !!!
Calmes-toi mon vieux… calmes-toi.

Un mot sur le Red Zone Dub, assez court, sur lequel je n’ai pas accroché… la faute à un entêtant lead qui surplombe ce mix, trop répétitif à mon goût. Je n’ai donc pas jugé utile de le ripper pour cette sélection.

Pour conclure, il est dommage que le travail de David Morales sur And I Loved You n’ait pas été repris depuis toutes ces années sur une quelconque compilation ou même proposé en digital.
Ce méga classique de la musique House, qui n’a pas vieilli d’un sillon, mériterait pourtant bien que l’on s’y attarde de nouveau avec des versions restaurées ou revisitées…
Çà tombe bien, ce disque fête cette année ses 30 ans !!!

My selection:
The contents of this blog are for promotional use only and are not intended to replace purchasing music by the artists for your music collection.
You as a listener, play a crucial role in the survival of any style of music, so don’t forget that artists and labels need your support in the form of purchases.
Tracks ended with [R] are some audio snippets only.


Support Artists & Music:
https://www.facebook.com/satoshi.tomiie.dj/
https://www.facebook.com/arnold.jarvis/
https://www.facebook.com/defmixproductions/

VN:F [1.9.22_1171]
Your feedback is important !
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.